Freelance : 5 conseils pour bien travailler de chez soi

On parle beaucoup de coworking quand on s’adresse aux freelance, mais ça a un coût certain et les conditions de travail ne conviennent pas à tout le monde. Quand il faut compter 300€ par mois pour avoir le droit de s’assoir à une table avec son ordinateur portable dans une immense pièce éclairée par des néons… Personnellement, ça ne me fait pas rêver ! Quitte à payer ce prix, je veux pouvoir travailler avec mon grand écran, ranger mes affaires, qu’elles soient en sécurité, et pourquoi pas décorer l’endroit dans lequel je travaille, et en plus que cet espace soit beau. Je trouve ça vraiment très important de travailler dans un lieu serein et inspirant.

La mobilité, « l’agilité » sont des qualités souvent mises en avant. Même pour les salariés, on a tendance à supprimer les bureaux fixes. Je comprends qu’il faille de la souplesse pour bien travailler, mais on peut très bien avoir besoin d’un environnement de travail un peu cocooning et pour autant s’adapter à chaque mission très correctement, en étant efficace ! Bref, pour de nombreux indépendants, même si travailler chez soi n’est pas un choix, ça peut être une solution économique et néanmoins tout à fait agréable si on instaure quelques règles.

1. Optimiser son espace de travail

En couple ou célibataire, c’est primordial d’avoir un espace à soi, séparé – même symboliquement – du lieu de vie de la maison / appartement. Quand son bureau empiète sur l’espace de vie, on ne peut pas « libérer » son cerveau de son travail, et on ne pense plus qu’à ça, c’est hyper malsain.

Essayez de prendre un grand bureau, que vous trouvez beau. Installez quelques cadres, des fleurs ou plantes tout en évitant d’être trop envahi. Plus l’espace est clair, plus vos idées le seront aussi, et moins vous aurez de distractions. Rangez régulièrement pour ne pas avoir trop de papiers qui trainent. Quand je reçois de belles boîtes, je les garde pour y ranger mes crayons, le petit électronique (mon appareil photo compact, tous les câbles) et les papiers à traiter.

Petit conseil : investissez dans un vrai fauteuil de bureau. OK, c’est moche mais quand on passe autant d’heures assis, le dos prend cher. Le mien est le célèbre siège ergonomique Aeron d’Herman Miller et je n’ai jamais regretté mon achat.

2. Se préparer et s’habiller pour aller travailler

Ça semble banal, mais travailler en pyjama ne booste vraiment pas la motivation et l’efficacité ! Les quelques fois où je tarde à m’habiller, je me rends compte que le « vrai » travail ne commence pas, et que je papillonne sur Internet.

Généralement, je m’habille chaudement et confortablement, quitte à me changer si j’ai un rendez-vous important mais je peux tout à fait sortir comme ça. Le fait de me préparer le matin, de m’habiller, enclenche mon cerveau en mode boulot. C’est une coupure entre ma vie perso et pro.

3. Organiser son emploi du temps

Je crois qu’il est impossible de bien travailler à la maison si on n’est pas rigoureux (d’ailleurs je ne suis pas sûre qu’on puisse être freelance si on n’est pas rigoureux). On ne travaille pas seul, mais avec / pour des clients. Eux, sont généralement au travail vers 9h30 – 10h. J’en parlais dans mon article sur les avantages et les inconvénients au travail indépendant, les clients ont besoin de savoir qu’ils peuvent compter sur nous, de manière plutôt réactive.

Bien sûr, il faut trouver son rythme, et comprendre à quel moment on est le plus productif et s’adapter en fonction. Mais une fois votre rythme trouvé, tenez-le. Commencez à travailler tous les jours à la même heure, et essayez de ne pas terminer trop tard.

Pour m’aider à être rigoureuse, j’ai quelques rituels :

  • je fais le point sur mes projets en cours et à venir tous les soirs, et je prépare une to-do-list pour le lendemain ;
  • je commence tous les matins à 9h grand max, en faisant un tour sur Pinterest, puis, je traite mes mails et me mets au travail ;
  • quand je travaille sur un projet, je m’interdis de faire autre chose et pour que ce soit plus facile, je n’ai qu’un onglet ouvert (je ne lis pas mes mails ou mes notifications entre temps) ← c’est le plus difficile à tenir, je n’y arrive pas toujours !
  • je fais des pauses régulièrement en me faisant du thé, pour le déjeuner et je termine mon travail presque toujours à 18h.

4. Sortir de chez soi et prendre des rendez-vous

En restant tous les jours à la maison, on ne voit personne, et on a vite fait de devenir un ours. À certains moments, mon plaisir était d’aller faire les courses pour voir des gens ! Pas super pour l’équilibre. Travailler chez soi peut devenir très vite un confort malsain, qui endort. On est bien chez soi, on a de moins en moins envie de sortir, les sources d’inspiration se tarissent… et les clients aussi ! Pour un freelance, ce n’est évidemment pas acceptable.

Alors il faut vraiment se forcer à sortir de sa zone de confort : aller chez ses clients, petit-déjeuner ou déjeuner avec des prospects, entretenir ses amitiés avec d’autres indépendants… Ce dernier point est d’ailleurs très bon pour le moral ! On joint l’utile à l’agréable en prenant le goûter avec une copine, on partage ses problématiques et fiertés, c’est extrêmement motivant. D’autant plus, que souvent, un oeil externe apporte une solution simple à un problème.

5. Faire du sport

Il y a des moments où l’on se sent enfermé chez soi, et pour éviter de sortir prendre un verre ou d’aller dîner au resto tous les soirs, la meilleure des manières de prendre l’air, de s’aérer l’esprit, c’est le sport. C’est le meilleur remède pour trouver un juste équilibre.

Si en plus, vous optez pour un sport collectif ou à pratiquer à plusieurs, c’est encore mieux ! À l’escalade, j’adore retrouver mes partenaires, on se raconte nos journées, nos quotidiens… C’est une coupure franche, on doit se concentrer sur autre chose, on oublie vraiment tous les petits tracas du travail.

Malgré tous ces conseils, je pense que pour une grande majorité de freelance, travailler à la maison a ses limites. Comme je le disais au début, c’est une solution économique. Mais ça peut valoir le coup d’investir un peu pour un lieu dédié, qui vous correspond, c’est très souvent bénéfique !

11 commentaires sur “Freelance : 5 conseils pour bien travailler de chez soi

  1. Il fallait que je te le dise ici (parce que j’en parlais à Juliette il n’y a encore pas si longtemps ^_^) : j’aime beaucoup tes articles sur le travail de freelance. Leur authenticité et les bons conseils que tu y distilles me font du bien. Cela va faire 5 ans en septembre que je travaille de chez moi et je ne vis plus très bien certains inconvénients : la solitude, les clients relou qui te mettent la boule au ventre et l’insécurité financière me pèsent plus qu’avant.

    J’essaie de mettre en place davantage de rituels – comme toi, je m’efforce à me préparer, je porte des trucs jolis même si je vais être la seule à les voir et je me maquille comme si j’allais sortir les jours où je sens que mon moral est un peu en berne ; et je découpe mieux ma journée. Avant, je faisais du sport chez moi toute seule avec une application mais depuis plusieurs mois, je sens que j’ai besoin de sortir de chez moi et de voir des gens. Il me fallait un dernier coup de pied aux fesses pour aller m’inscrire quelque part, tes mots m’ont motivée alors merci !

    Si un jour tu as du temps et envie que l’on aille prendre un petit goûter avec Juliette, ça me ferait drôlement plaisir que l’on discute de nos activités respectives, de nos réussites et de nos galères, ensemble :)

    • Merci beaucoup Laëtitia pour ton message. Je comprends tout à fait ce que tu peux ressentir… Tu me diras quelle activité tu as finalement choisie ! (et je t’envoie un message à côté)

  2. Depuis quelques temps, je me suis trouvé un petit groupe de meufs trop cools avec qui aller bosser, on essaie de se retrouver une fois/semaine, pour se changer un peu les idées, discuter un peu et bosser ensemble. On est pas dans les mêmes domaines, mais c’est toujours hyper interessant d’avoir des avis extérieurs aussi.

    Je déménage la semaine prochaine pour plus grand et pour pouvoir aussi y mettre un vrai bureau et pouvoir un mieux couper aussi. Pour le reste, je suis loin d’être un modèle : je bosse souvent en pyj dans mon lit le matin (enfin, pour toute la partie « réponse aux mails + veille », et je m’habille rarement en tenue d’extérieur quand je suis chez moi ! Quant au maquillage : n’en parlons même pas.
    En revanche, je vais au sport au moins une fois/jour, deux si je peux, une le midi, une le soir, pour m’aérer et me changer les idées. Je réfléchis toujours mieux quand je nage ou je cours !

    Et je rebondis sur le petit commentaire de Laetitia plus haut : j’aime aussi beaucoup tes articles sur le freelance !

    • Merci beaucoup ! Tu as bien fait de t’entourer, et je trouve que si vous n’êtes pas toutes dans le même domaine, c’est même tant mieux ! Ça évite de se sentir en concurrence, parfois on peut être complémentaire…

      Ensuite pour le travail dans le lit, chacun fait comme il veut et peut surtout ! Si ça ne te desserre pas trop pourquoi pas ? Personnellement, je ne veux pas faire venir le travail dans mon lit, il occupe déjà une grande partie de ma tête ! :-D

  3. Je suis entièrement d’accord sur le fait de bien séparer les espaces. Même si je travaille dans mon salon, c’est dans un coin dédié uniquement à cela, et finalement si je n’y suis pas, c’est que je ne travaille pas !

  4. jooyxhappiness

    Mille mercis pour ce super article ! Je me lance en free-lance ce mois-ci et avant même toute mise au travail, j’ai tenté de respecter à la lettre ces conseils :)
    Malheureusement j’ai mon bureau dans ma chambre pour l’instant faute de place, mais j’espère vraiment avoir un espace dédié au travail à l’avenir :)

    A bientôt,
    Joy

    • Avec plaisir ! J’ai eu mon bureau dans ma chambre pendant un long moment. Je crois qu’on peut réussir à délimiter l’espace virtuellement, avec un bureau fixe, de la déco dédiée, etc. L’important c’est que si tu travailles avec un ordinateur portable, tu le laisses sur ce bureau et ne l’emporte pas ailleurs dans l’appartement pour qu’il n’empiète pas sur les espaces de vie.

  5. Très chouette article, merci ! Je crois que je n’aurais pas dit mieux :) Travailler de chez soi, c’est un vrai luxe, mais ça peut aussi vite tourner en cage dorée… Je suis aussi adepte de to do list, de sport à l’extérieur et de déjeuners entre freelance. Et j’essaie de lire ou d’écouter régulièrement du contenu inspirant pour garder la motivation !

  6. Très chouette article ! Je me suis mise en free depuis septembre, je travaille de chez moi et de temps en temps dans des cafés et j’avoue que j’ai encore du mal à faire la différence vie pro/perso, à trouver mon rythme. J’ai du mal à éteindre l’ordi pro passé une certaine heure et à me mettre en mode la journée est finie. Ou je culpabilise encore si je me prends quelques heures en journée pour sortir ou aller faire du sport, mais ça va venir ;-) En tout cas j’adore tes billets sur ta vie de freelance j’espère que tu nous en fera d’autres ;-)

    • Merci beaucoup ! Ce genre de retour me pousse à continuer oui, n’hésite pas à me faire part de tes autres difficultés d’ailleurs, ça peut me donner des idées d’articles.
      En tout cas, je pense que c’est normal que tu culpabilises, c’est ce qu’on appelle le « syndrome du salarié », je l’ai longtemps ressenti et oui, ça prendra peut-être un peu de temps avant de disparaître, mais si tu arrives à bien travailler, et à ne pas rendre tes projets en retard, c’est l’essentiel, et tu peux être fière de toi !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.