La vraie vie

Mes seize irremplaçables

Charente - Village de Bassac

Inspirée par les interviews « Irremplaçables » de Géraldine Dormoy sur l’Express Styles, j’ai eu, comme elle, envie de me prêter au jeu. J’adore lire ce genre de listes chez les autres, alors voici la mienne, et j’ai hâte de découvrir vos irremplaçables dans les commentaires !

Le plat que j’ai toujours envie de manger

Des crêpes ! Après tout, ma grand-mère était bretonne, ça vient peut-être de là ?

Le gâteau, le bonbon qui me fait toujours flancher

De manière générale, les bonbons me font systématiquement flancher, ainsi que tous les gâteaux cuisinés par mon père. Je suis très gourmande (mais je n’aime pas trop le chocolat).

La boisson qui m’euphorise

Toutes les boissons alcoolisées, je ne tiens pas du coup l’alcool et j’ai la tête qui tourne dès le premier verre.

Le parfum que j’aime le plus

Baby Doll d’Yves Saint Laurent. C’est mon tout premier parfum, choisi avec attention à l’adolescence. J’en ai changé plusieurs fois mais depuis quelques temps, j’y reviens, c’est mon parfum en fait.

Le vêtement que je ne jetterai jamais

Je ne jette jamais mes vêtements, je les donne à un organisme qui s’occupe de les recycler s’ils sont trop abîmés ou de les donner à ceux qui en ont besoin. Je n’ai aucune pièce de valeur – à part un sac Jérôme Dreyfus et des souliers Eshung que je ne jetterai donc pas – mon dressing est assez variable. Je me sépare assez finalement de mes vêtements.

Le bijou que je transmettrai à mes enfants

On ne m’a pas transmis d’héritage, je ne viens pas d’une famille bourgeoise. Alors je n’ai pas de bijoux précieux. Je ne risque pas de m’en offrir car je garde mon argent pour les voyages et l’escalade ! Si j’ai des enfants, ils fouilleront peut-être dans ma boîte à bijoux comme je le faisais avec celle de ma mère, pour y trouver des breloques qu’ils me piqueront avec plaisir et s’amuseront avec. Et puis, ils auront surtout de belles planches de surf vintage quand je serai vieille !

Le livre qui m’a marquée

Difficile de n’en garder qu’un, j’avais d’ailleurs fait une liste de quinze livre ici il y a quelques années. Mais à choisir, je dirais Le monde selon Garp de John Irving. Il m’a en partie construite, d’un point de vue littéraire.

La promenade qui fait du bien

En charente, dans mon village.

La chanson dont j’ai honte mais que j’adore

Née au milieu des années 80, j’aurais pu citer Pour que tu m’aimes encore ! En réalité, je n’en ai pas vraiment honte… Il y a des chansons bien plus honteuse que celle-ci, très liée à une époque.

Donc je vais être honnête, j’adore On verra de Nekfeu. Il rappe super bien, le flow est parfait, il est plutôt beau gosse ce qui ne gâche rien, mais franchement, les paroles ne sont pas brillantes… Je les connais quand même par coeur et j’adore les chanter hurler très fort.

La mélodie qui me donne du courage

Ça dépend vraiment du courage qu’il faut… S’il faut du courage intellectuel et être efficace dans mon travail, je mets la BO de Pirates des Caraïbes ! Il faut avouer que ça a du panache (et ça ne perturbe pas). Ça marche d’ailleurs avec pas mal de BO composée par Hans Zimmer.

Petit aparté, je viens donc de me rendre compte que Klaus Badelt était le compositeur de la BO du premier Pirates des Caraïbes et donc de ce merveilleux thème. Rendons à César ce qui lui appartient. Hans Zimmer s’est chargé des opus suivants, dont les BO sont également très bien (malgré la piètre qualité des films).

La détestation qui ne changera jamais

Le mépris. C’est peut-être justement un complexe qui me vient de ma classe sociale plutôt moyenne ou un problème d’ego mais je ne supporte pas qu’on me prenne de haut. Et dans ces cas là, je ne fais plus aucun effort et peux me révéler très malpolie ! Je suis aimable avec ceux qui le sont et suis incapable de faire des courbettes…

Le héros d’enfance qui m’a fait rêver

J’ai eu beaucoup d’héroïnes dans mon enfance, notamment dans la BD (Marion Duval, Yoko Tsuno, Théti-Chéri, Natacha…) qui en est riche mais ma toute première héroïne est bien sûr Fantômette ! Moderne n’est-ce pas ?!

Le roman que je relis régulièrement

J’ai longtemps relu La vie devant soi de Romain Gary mais j’ai une telle envie de lire le plus de livres possible dans ma vie que je ne relis plus rien.

L’été dont je me souviendrai toujours

L’été de mes dix-neuf ans j’étais journaliste musical pour un magazine indépendant. On sillonnait les festivals du Sud Ouest dans ma petite 106, avec des centaines d’exemplaires dans le coffre pour les vendre, faire des interviews et prendre des photos. Je crois que je ne me suis jamais sentie aussi libre de ma vie. Je rencontrais des gens géniaux, écoutais de la musique que j’adorais en live…

Le refuge où rien ne peut m’arriver

Je n’en ai plus… À une époque, c’est paradoxal, mais je me sentais totalement libre et invincible dans ma voiture ; dans le sens où l’évasion était à porter de main et la fuite tout à fait évidente si on devait m’attaquer ou en cas de tsunami (par exemple).

L’odeur que j’aime par dessus tout

Celle du salon chez mes parents. Avec la cheminée, elle sent le feu de bois.

10 Commentaires

  1. Merci Noémi pour cet article sincère qui nous permet de lire quelle belle personne tu es.

    À bientôt j’espère

  2. fromnanteswithlove dit

    J’adore ce genre de billet également. Ça me donne envie de te piquer l’idée pour m’essayer à ce genre de liste sur mon blog.

  3. Noëlie dit

    Très joli article ! C’est amusant de se trouver des références communes (Le monde selon Garp notamment mais surtout Fantomette !!!)

  4. Une très bonne idée d’article pour ma part je te citerais le chocolat pour ma gourmandise que je peux manger encore et encore, Harry Potter le seul livre que je relis encore et encore et pour l’odeur que j’aime par dessus tout je dirais la lavande.

  5. C’est sympa d’en connaitre plus sur toi! Et comme toi je suis une vraie gourmande, mais pas de chocolat… ça en étonne pas mal à chaque fois! Et je vois que sur le caractère ont est pareil! Malgré un caractère plutôt doux, je peux me montrer très incisive face à des personnes qui me prennent de haut ou qui veulent me diriger.

Laisser un commentaire