Des films à voir…

6 commentaires

J’ai l’impression qu’il n’y a pas grand chose à voir en ce moment au cinéma. A chaque fois que je regarde les sorties de la semaine pour rentabiliser ma carte illimitée (et mon besoin vital d’aller au cinéma au moins deux fois par semaine), je désespère. Alors forcément, je vais voir beaucoup de films moyens, et puis parfois, il y en a qui sortent du lot.

Potiche

J’aime beaucoup François Ozon, 8 femmes comme Sous le sable. Certes, son cinéma est très classique, l’empreinte « Femis » est bien visible. Mais il sait ajouter à ça le décalage qui fait que ses films sortent toujours du lot. Potiche, rien qu’avec le casting, avait tout pour me plaire : Catherine Deneuve, Karin Viard, Jérémie Renier, Fabrice Luchini… Je n’ai pas été déçue, j’ai adoré ce film. Léger, drôle, très théâtre burlesque. Très Jacques Demy aussi. J’aime tellement quand Catherine Deneuve joue ainsi de son image, de ce qu’elle évoque au cinéma. Quel plaisir de la retrouver au coté de Gérard Depardieu, parfait dans son rôle (mais sans surprise cela dit).

Potiche n’est pas un chef d’oeuvre, mais les références qui y sont parsemées en font un film plus qu’agréable à voir. Je n’ai pas cessé de sourire.

————–

Le nom des gens

J’entendais beaucoup parler du film de Michel Leclerc notamment sur France Inter (ma radio préférée étant partenaire). Je n’avais pourtant pas super envie d’aller le voir. Le pitch ne me donnait pas très envie et puis il y a Sara Forestier. A part dans L’Esquive, je trouve qu’elle joue très mal et j’ai beaucoup de mal à supporter les actrices qui jouent mal (oui je suis sectaire, je n’irai plus jamais voir un film dans lequel joue Mélanie Laurent par exemple). Mais dans Le nom des gens, il y a Jacques Gamblin et j’aime énormément Jacques Gamblin.

Le nom des gens, c’est drôle d’abord, puis un peu triste aussi. C’est surréaliste par moment. Le film m’a beaucoup touchée. C’est aussi parceque Jacques Gamblin est le sosie de mon grand-père (mais vraiment c’est très impressionnant cette ressemblance) et qu’il a le même genre d’histoire que lui dans le film. J’avais parfois du mal à retenir mes larmes. Je vous rassure, le film est complètement dénué de pathos, c’est juste un très joli film sur l’amour, la politique, sur nos origines, ce qu’elles font de nous… et c’est drôle (et touchant aussi mais pas pathétique, je le redis c’est important, je déteste les tire-larmes).

Ah, et je vous conjure de rester jusqu’à la fin. Le nom des gens se termine par un très très belle chanson, écrite et interprétée par Michel Leclerc, le réalisateur et Baya Kasmi, la co-scénariste. Elle signe d’ailleurs la série « Fais pas ci, fais pas ça », que j’aime beaucoup.

————–

No et moi

Le film de Zabou Breitman est sorti il y a déjà quelques temps, je n’avais pas eu le temps d’en parler. Le titre ne me faisait pas rêver mais la bande-annonce m’a donné envie. Et Zabou Breitman aussi, il faut bien l’avouer. Je l’aime beaucoup en tant que réalisatrice, Se souvenir des belles choses est un vrai bijou. Le film raconte l’histoire d’une lycéenne qui décide de faire un exposé sur une sans-abri, à peine plus âgée qu’elle. Cette dernière est interprétée par Julie-Marie Parmentier, que j’avais repérée dans Les Blessures Assassines (le film sur les soeurs Papin) et dans un des Suite Noire (très très bonne série française, très noire aussi) de cet été. Elle est, une fois de plus, très bonne, toujours sur la brêche.

No et moi est un film intelligent, tout en sous-entendus. Là où de nombreux réalisateurs y vont avec leurs gros sabots, Zabou ne prend pas les gens pour des imbéciles auxquelles elle aurait besoin de tout expliquer. Ce qui est fort appréciable. Bon après le film est un chouilla trop long à mon avis, mais il mérite d’être vu, ne serait-ce que pour le sujet, difficile et peu abordé au cinéma (ou pas abordé du tout même ?).

Et voilà, c’est tout pour le moment ! Bonne toile !

CatégorieCulture

par

J'aime surfer, lire des romans historiques, les singes, prendre des gens en photo, l'escalade, voyager, manger, cuisiner, les Belges, rêver, les feux de cheminée, Pierre Rabhi, la bande dessinée, chanter, mes amis, mon Nikon FM2, travailler.

6 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.