Recommencer la musique…

11 commentaires

Mon violoncelle d'étude

Je viens de terminer mes gammes… Tous les jours, depuis moins d’un mois, je monte mes deux octaves et les redescends, inlassablement, alternant avec des tierces ou des quartes. Ca m’avait toujours trouvé ça ingrat avant, quand j’étais petite, mais maintenant j’adore ça. C’est fou comme ce qu’on considérait comme une corvée peut prendre une autre tournure, adulte, quand on démarre quelque chose de nouveau, qui nous enthousiasme vraiment.

Je crois surtout que la musique est extrêmement mal enseignée aux enfants. A six ans, j’ai commencé la flûte traversière et le solfège en école départementale. Le niveau n’était pas forcément aussi élevé qu’au Conservatoire, mais j’avais quand même en plus de l’école classique, deux heures de cours de musique (une heure et demi de solfège, une demi heure d’instrument en cours particulier) par semaine, auxquels il fallait rajouter au moins une demi heure par jour de travail personnel. J’ai tenu presque dix ans je crois, avec quelques interruptions. Un peu grâce à mes parents qui « m’obligeaient » à continuer, à la perspective de jouer dans un ensemble, à la chorale surtout.

La plupart des profs n’ont aucune notion de pédagogie, oublient complètement que l’apprentissage de la musique devrait être un jeu, un plaisir. C’est ultra scolaire : devoirs à faire à la maison, dictées surprises, contrôles sur table, examens de fin de cycle devant un jury, redoublements… Tout ça entre tes 6 et 15 ans. A part à la chorale, je n’ai aucun souvenir de plaisir avec mon instrument. Cela dit, depuis que je suis à Paris et que j’ai donc arrêté la musique, jouer d’un instrument me manquait. Depuis dix ans je me dis que je devrais reprendre les cours, que j’aimerai me mettre au violoncelle, que c’est l’instrument que j’ai toujours le plus aimé. Mais voilà, ce sont des choses qu’on dit comme ça, et finalement je n’ai jamais décroché mon téléphone pour me trouver une prof.

Méthode de violoncelle

Sauf que pour mon anniversaire, j’ai reçu une petite enveloppe avec un numéro de téléphone. Et quand je suis rentrée chez moi le soir, il était là. Mon violoncelle. Il m’attendait. Alors j’ai appelé le numéro de téléphone, et C. ma future prof de violoncelle m’a répondu. On a pris rendez-vous. C’est un des plus beaux cadeaux de ma vie ! Depuis, je prends des cours une fois par semaine, et j’aime ça.

Méthode de violoncelle

Je sais que c’est ingrat (surtout pour mes voisins) mais j’adore monter mes gammes, j’adore le petit picotement que j’ai dans les doigts de la main gauche après avoir joué, parce que je n’ai pas encore de corne, j’adore ce moment où j’arrête tout, je fais une pause, et pendant une heure, je m’entraîne. J’adore les petits rituels, quand je tends mon archer, que je passe un petit peu de colophane, que je m’accorde… C’est fou, ça me manquait tellement en fait !

Et puis peut-être qu’un jour je pourrai jouer ça :

En attendant, je ne travaille pas mon instrument comme avant, je joue ! Et c’est une vraie différence.

CatégorieCulture

par

J'aime surfer, lire des romans historiques, les singes, prendre des gens en photo, l'escalade, voyager, manger, cuisiner, les Belges, rêver, les feux de cheminée, Pierre Rabhi, la bande dessinée, chanter, mes amis, mon Nikon FM2, travailler.

11 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.