Reprendre le vélo après une grossesse

3 commentaires
Vélo gravel Specialized Diverge - Reprendre le cyclisme après une grossesse
Préambule : chaque femme est différente et chaque grossesse l’est aussi. C’est un poncif mais ça me semble très important à préciser dans le cadre de cet article. Je relate ici mon expérience car c’est ce que je recherchais lorsque j’étais enceinte. Je tiens également à préciser que je ne porte aucun jugement sur celles qui font d’autres choix que les miens ! Chacune fait comme elle veut, et peut !

Arrêter le vélo pendant sa grossesse ?

Lorsque j’ai appris ma grossesse, j’ai tout de suite stoppé le vélo. Je fais du gravel et il m’arrive de tomber assez régulièrement. J’allais aussi en vélo au bureau et la circulation en Île de France est toujours hyper dangereuse. J’avais donc très peur qu’il m’arrive quelque chose. Et puis comme j’étais fatiguée les premiers mois, je n’avais pas envie de rouler ou de faire du sport.

Avec le recul, je ne regrette absolument pas ce choix d’arrêter le vélo dès le début de ma grossesse, même si ça m’a énormément manqué pendant ces neuf mois. Je n’y ai pensé qu’après mais j’aurais dû m’acheter un home trainer pour continuer à m’entraîner sans danger jusqu’à ce que mon ventre me gêne.

Pour palier à ce manque, j’ai fait du yoga pré-natal et je me suis fait plaisir l’été dernier en surfant un peu à genoux sur une grosse planche. J’ai aussi pas mal marché histoire de ne pas rester totalement inactive. Cela dit, j’ai profité de ma grossesse pour lézarder et je ne me suis pas fait violence !

Quand reprendre le cyclisme après l’accouchement ?

J’ai eu une césarienne qui s’est très bien passée. Je n’avais pas de douleurs particulières au niveau de la cicatrice et me sentais en forme très rapidement après mon accouchement. J’ai donc commencé la rééducation du périnée pile 6 semaines après et il n’a fallu que 3 séances. Avec l’accord de ma sage-femme, je suis remontée sur mon vélo 51 jours après mon accouchement. Je ne vous raconte pas comme j’étais heureuse d’enfourcher mon gravel après si peu de temps, je n’aurais jamais imaginé ça lorsque j’étais enceinte !

Pour celles qui accouchent par voie basse, il faut évidemment attendre la fin de la rééducation du périnée, qui dure souvent un peu plus longtemps (en général 10 séances).

Première sortie à vélo et allaitement !

Je n’ai pas parlé de l’essentiel : le bébé ! Car si on se sent en forme et qu’on peut recommencer à rouler à vélo peu de temps après l’accouchement, il y a quand même un autre petit paramètre à prendre en compte… Là encore ça dépend beaucoup des enfants, mais le mien ne dort pas beaucoup et aime beaucoup être allaité ! Je n’étais donc pas sereine du tout à l’idée de partir, même une heure.

L’idéal, je pense, pour s’échapper en toute tranquillité est que son bébé prenne le biberon et qu’il soit gardé par le Papa ou quelqu’un en qui on a confiance à 100%. Mais honnêtement, au début, je n’avais tellement pas d’endurance que je rentrais toujours à temps pour nourrir mon enfant !

Autre point – que je n’ai évidemment pas respecté – pour des sorties sereines : préparer son vélo et ses affaires à l’avance pour partir dès que son bébé dort profondément et ne pas perdre de temps.

Cela dit, mon premier ride a duré 10 minutes. J’ai fait le tour du village et je suis rentrée ! J’étais ultra heureuse mais j’avais mal aux cuisses comme si j’avais gravi une énorme côte de plusieurs kilomètres ! Cette douleur, l’acide lactique qui brûle les muscles, s’atténue un peu avec le temps mais elle est encore bien présente pour le moment.

Je conseille d’augmenter la distance petit à petit, en faisant des boucles autour de chez soi. Comme ça, en cas de crise, on peut rentrer rapidement à la maison. Et surtout, on garde toujours à l’esprit qu’on roule pour se faire plaisir, pas pour la performance, on va retrouver ses capacités physiques petit à petit. Autant je me souviens qu’en escalade après ma blessure, j’étais dégoûtée d’avoir perdu mon niveau, autant cette fois, ce n’est que du bonheur d’être sur mon vélo. Sûrement parce qu’après une grossesse désirée, on a un petit être merveilleux à la fin et que donc ce n’est pas très grave de ne plus faire 100km en 5h comme avant !

Un équipement adapté pour le post-partum

Je ne peux que vous recommander l’achat d’un bon cuissard à bretelles. Ça évite ainsi des frottements douloureux sur le ventre. J’ai aussi investi dans une bonne selle adaptée à ma morphologie. Comme je me suis offert un nouveau vélo, j’ai fait une étude posturale, j’y reviendrai sûrement dans un autre article. Mais je crois que c’est hyper important de sentir aussi confortablement installée que possible.

Je n’ai plus qu’à vous souhaiter bonne route et si vous avez d’autres retours d’expérience à partager, n’hésitez pas à poster un message en commentaire !

À suivre : la communauté Gravel Women sur Instagram

CatégorieSport

par

J'aime surfer, lire des romans historiques, les singes, prendre des gens en photo, l'escalade, voyager, manger, cuisiner, les Belges, rêver, les feux de cheminée, Pierre Rabhi, la bande dessinée, chanter, mes amis, mon Nikon FM2, travailler.

3 commentaires

  1. Félicitations Noemi ! Je te suis depuis longtemps mais ne commente jamais. Personnellement, j’ai également arrêté le vélo dès que j’ai su que j’étais enceinte. Je ne fais pas de vélo pour le sport, mais c’est mon mode de déplacement principal. Ce qui me faisait peur, c’était les autres, notamment les voitures. Je me souviendrai toujours le jour où je suis remontée sur mon vélo (pour aller en rééducation) : je revivais ! quel sentiment de liberté… Je te souhaite pleins de bonnes choses en famille et un allaitement aussi long que tu le souhaiteras !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.