Skyfall, le meilleur des James Bond ?

14 commentaires

Je discutais récemment avec une amie du fait que le 11 septembre avait vraiment changé le cinéma d’action. La meilleure illustration pour moi c’est Batman : des films noirs, avec un héros plus humain, traumatisé. Le terrorisme est constamment présent, les « méchants » dans Batman se battent pour des causes réelles, plus seulement parcequ’ils veulent être les maîtres du monde. A part The Avengers qui reste une bonne comédie divertissante avec des enjeux de films de super-héros à l’ancienne, je trouve que ce cinéma a gagné en profondeur.

C’est le cas de James Bond depuis Casino Royale, mais ce n’était pas aussi abouti dans les films précédents. Avec Casino Royale on découvrait un nouveau James Bond, qui dès la fin du premier opus avait le souhait de raccrocher (par amour pour Vesper, cette traitresse !). Daniel Craig était un James Bond à l’opposé total de Pierce Brosnan, impeccable, drôle mais très lisse, qui s’acquittait de sa tâche avec allégresse et presque sans faux pas. Les complots étaient toujours tirés par les cheveux…

Dans Quantum of Solace, James Bond se remettait de sa peine de coeur, faisait son deuil, pardonnait à Vesper, et réglait un complot plutôt clair comme de l’eau de roche (ha ha ha) ; il y avait plein d’explosions et le film était très court, bien mais pas exceptionnel. On avait également droit à deux supers méchants absolument géniaux, Le Chiffre, Mads Mikkelsen (bientôt à l’affiche de La Chasse) dans Casino Royale et Dominic Green, écolo de façade mais vrai monstre capitaliste, Mathieu Almaric dans Quantum of Solace.

Et enfin Skyfall… la perfection ! L’intrigue est simple, mais on se recentre sur les personnages. La scène d’ouverture est une des plus longues de l’histoire des James Bond, une course poursuite à l’ancienne, sans explosion, et James meurt dès le début. Ce n’est pas une révélation, on l’apprend dans la bande annonce. Dans le thème d’ouverture (un des meilleurs aussi, j’aimais beaucoup GoldenEye), Adèle commence par un « This is the end ». Ca démarre bien… 

Daniel Craig incarne un James Bond « ressuscitant »qui revient au MI-6 pour M (toujours Judi Dench), fatigué, vieilli, et évidemment toujours aussi instable psychologiquement. Pas forcément la meilleure des dispositions pour affronter Javier Bardem, magistral, blond platine efféminé qui a bien envie de se faire James dans les deux sens du terme ! Leur rencontre est une des meilleures scènes du film. Parceque, oui, Skyfall est aussi très drôle, avec son humour so british.

Enfin, après 50 ans, on aborde l’enfance de James Bond, avec une longue séquence en Ecosse, c’est noir, poisseux, triste… C’est magnifique ! Les deux scènes, en Asie et en Grande Bretagne avec les jeux de miroirs – annoncées par le générique de début – sont sublimes, lentes à couper le souffle… Le chef opérateur est le même que celui des frères Cohen (aka presque mes réalisateurs préférés), Roger Deakins, et il a donné à Skyfall un univers sublime.

Alors la question de mon titre n’en est pas une, évidemment que Skyfall est le meilleur des James Bond ! J’en ai revu beaucoup, certains étaient géniaux mais ils n’ont pas forcément bien vieilli… Skyfall pour moi, c’est un film exceptionnel, j’étais complètement enthousiasme du début à la fin et je crois que je vais retourner le voir ! Et je ne dis pas ça pour Daniel Craig. Notez que j’ai réussi à ne pas aborder avant cette ligne à quel point ce mec est sexy, fort, beau, merveilleux, classe, James Bond.

Je ne vous ai pas non plus parlé du nouveau Q (mais qu’est devenu John Cleese d’ailleurs ?), de la James Bond Girl frenchy-sexy, de Ralph Fiennes, de l’Aston Martin absolument sublime… Mais c’est assez long comme ça et si vous n’avez pas compris qu’il faut aller le voir…

Ah et pour revenir à Batman, le clin d’oeil de la fin m’y a aussi beaucoup fait penser, mais je ne vous en dis pas plus…

14 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.