Tash Sultana en concert, la pépite australienne à découvrir

2 commentaires
Tash Sultana en concert à Paris, La Maroquinerie

C’est une star à l’autre bout de la planète. Elle était en concert hier soir à La Maroquinerie, toute petite salle parisienne. Pour sa première fois en France, Tash Sultana jouait devant un public conquis (à part deux, trois abrutis*).

J’ai découvert Tash Sultana en décembre au Laos, grâce à mon amie australienne, avec qui nous échangeons nos pépites musicales. Je savais qu’elle était éblouissante en live mais je n’imaginais pas à quel point… La jeune femme de 22 ans, multi-instrumentiste, donne tout. Elle joue de la guitare, de la trompette, batterie, piano, flûte… se sample, fait du beat box… J’ai rarement vu quelqu’un aussi habité par sa musique, parfois reggae, très rock ou complètement électro. Tash Sultana est en transe, nous aussi. Elle nous emporte dans un état second.

Mon amie m’a dit de Tash Sultana qu’elle est une « fierce lady » (dame féroce littéralement). Elle ne saurait mieux résumer – s’il fallait le faire – le style de cette artiste virtuose. Elle est un petit chat bondissant, qu’on sent à fleur de peau tout en diffusant ses messages avec beaucoup de force. Elle a ce truc en plus, une beauté brute, virile, animale.

Tash Sultana, australo-maltese, originaire de Melbourne, est en ce moment en tournée européenne. Elle revient en France pour les Eurockéennes de Belfort le 7 juillet. Si vous aimez les performances scéniques, allez la voir, elle mérite amplement qu’on se déplace en masse pour elle, et vite ! (+ de dates sur son site en cliquant ici)

En première partie du concert, j’ai découvert un jeune chanteur Irlandais, Craig Gallagher. Seul lui aussi, mais avec une guitare acoustique, il chante avec une justesse folle une très jolie folk. Il est à la fois sensible et très drôle. Je vous le recommande également.

* Mais qu’avez-vous parisiens à parler pendant un concert ? J’ai pendant un moment été journaliste musicale et ai sillonné la France. Si pendant les festivals, le public est toujours un peu tumultueux, le reste du temps, les gens sont à l’écoute. Il n’y a qu’à Paris que j’ai rencontré des personnes aussi irrespectueuses de l’artiste, qui parle pendant tout le concert, même dans des toutes petites salles.

CatégorieCulture

par

J'aime surfer, lire des romans historiques, les singes, prendre des gens en photo, l'escalade, voyager, manger, cuisiner, les Belges, rêver, les feux de cheminée, Pierre Rabhi, la bande dessinée, chanter, mes amis, mon Nikon FM2, travailler.

2 commentaires

  1. C’est cool de la voir en vidéo, je l’entendais souvent passer à la radio (triple J) lorsque je bossais en Australie… d’ailleurs c’est quand que tu vas en Australie? Mon petit doigt me dit que cela te plairait grandement ;)
    Si jamais tu y vas un jour, je te conseille d’aller faire un tour à Broken Head au sud de Byron Bay… et de visiter la Tasmanie bien sur (mais il te faudra une bonne wetsuit éhé)
    Merci pour cet article (re)découverte ;)

    • Vas la voir en Australie ! Elle est géniale !
      Normalement, voyage programmé pour décembre… On va sûrement à Gold Coast car nos amis y habitent. :-D

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.