Dans le vanity d’Elodie Bousquet, journaliste beauté

5 commentaires

Journaliste beauté à L’Express Styles et blogueuse sur Mon Aparté Beauté, Elodie est une vraie passionnée de cosmétique et une consommatrice avertie, qui scrute à la loupe les compositions. Elle nous a invitée chez elle, dans sa salle de bain dont les étagères sont bien fournies en produits et beauté, et particulièrement en parfums, son autre grande passion.

Interview publiée initialement dans My Little World.

Comment es-tu devenue journaliste beauté ?

Je n’étais pas dans cette optique en sortant de mes études puisqu’en école de journalisme on apprend à faire du journalisme politique, international, société, du fait divers… mais certainement pas de la mode ni de la beauté, ni de la cuisine. Ce n’est pas vraiment considéré comme du journalisme, il ne faut pas se mentir. C’est donc très peu traité. Personnellement, l’univers de la beauté me plaisait beaucoup, je regardais beaucoup les étiquettes de ce que j’achetais j’étais très maquillage aussi… Les soldes, je les faisais plus chez Sephora que chez H&M ! C’était mon dada mais personnel, mon petit univers à moi.
Je suis rentrée à L’Express, d’abord en stage, puis j’ai continué avec eux sur de la pige en culture et en livres, je les ai aidé sur plusieurs projets. On a collaboré quelques temps comme ça et en même temps je terminais mes études. Ca ne m’était toujours pas venu à l’idée que je pourrais en faire mon métier (du journalisme beauté) et il s’est avéré que la rédactrice beauté a changé de poste. Ca s’était su dans la rédac’ que j’étais un peu « Madame Beauté », on venait me demander des conseils etc. Le rédacteur en chef de l’époque a pensé à moi et m’a conseillé de passer les entretiens si j’étais intéressée. Et là je me suis dit : « mais oui, pourquoi ne pas allier ce que j’aime faire, mon métier, le journalisme, avec ma passion pour la cosmétique et l’univers de la beauté ? ». Donc j’ai passé les entretiens et ça fait maintenant trois ans que je suis journaliste beauté à L’Express en ligne et que je tiens le blog.

Elodie-Bousquet-12

Ta passion pour la cosmétique est venue comment ?

Ma maman a toujours pris beaucoup soin de sa peau : un bon démaquillage, une bonne crème, un bon nettoyage de peau saisonnier chez l’esthéticienne… Depuis que je suis toute jeune, je l’ai toujours vue le soir se démaquiller, s’hydrater le visage, le corps. Jeune fille, elle m’a emmenée à l’institut de beauté pour me faire des petits soins. J’ai commencé à me maquiller dès le lycée, je voulais un crayon, du mascara, donc elle m’a aidée à choisir les bons produits pour me maquiller et à ne pas trop me maquiller non plus. Ensuite j’ai développé un eczéma qui va et vient en fonction de mon stress. Ca m’a encore plus obligée à faire attention à ce que j’utilisais et à être très intransigeante sur la qualité des produits, à bien lire ce qu’il y a dans la composition, etc.

C’est donc avec le soin que tu es « arrivée » en beauté ?

Oui avec le soin et vers l’adolescence, je me suis découvert un coup de cœur pour l’univers du parfum. Je ne connaissais pas vraiment la parfumerie, seulement les Dior, Chanel, etc. : tout ce qu’on trouve en grande distribution. A Noël, j’avais souvent des parfums de marque comme Cacharel, des parfums de jeune fille. Mais j’ai découvert la parfumerie de niche sur un forum je crois. J’étais adepte des forums en tout genre et là, il y avait des passionnés qui parlaient de Serge Lutens, de Miller Harris… de marques qui m’étaient totalement inconnues. La façon dont ils en parlaient me donnait envie de tester et donc petit à petit, en commençant à gagner ma vie je me suis achetée mon premier Serge Lutens et je me suis rendue compte que c’était cette parfumerie là qui me correspondait le plus. Je n’avais jamais vraiment accroché aux parfums « mainstream » qui se ressemblaient tous à mon nez. Je découvrais vraiment un nouvel univers. Et aujourd’hui j’ai une belle collection. En grande distribution je n’ai que les derniers Balenciaga que j’aime beaucoup. J’ai du Annick Goutal, Serge Lutens, Miller Harris, Atelier Cologne… Des choses qui sont un peu plus confidentielles.

Elodie-Bousquet-15

Donc tu n’es pas fidèle à un parfum…

Non pas du tout ! Comme avant je ne mettais pas vraiment de parfum, depuis que j’ai découvert cet univers, je suis assez insatiable. Je suis ouverte à toutes les nouveautés et quand ça me plaît je peux le mettre pendant un ou deux mois, et revenir ensuite à mon coup de cœur précédent ou tester autre chose.

Tu ne choisis pas ton parfum en fonction de ton humeur ?

Ca dépend… Si j’ai eu un gros coup de cœur pour un parfum, je vais le mettre pendant plusieurs semaines sans arrêt. Ensuite si, je choisis en fonction de mon humeur et surtout du temps qu’il fait. L’été, s’il fait très chaud, j’ai plutôt mes Cologne Annick Goutal, « Néroli » ou « L’Eau d’Hadrien », des choses très fraîches, des Aqua Di Parma… Mais l’hiver, je vais plus aller vers du Lutens par exemple, qui est plus rond, plus lourd, plus chargé. Miller Harris a sorti un très beau parfum l’année dernière, « Rose en Noir ». Je n’aimais pas la rose avant mais c’est une belle rose, épicée et poivrée, très chaude, très suave. Et ça, ça m’embaume dès le matin comme une espèce de fourrure que l’on se met. Sur moi, il est assez tenace et ça sent super bon. Ca me met en condition pour ma journée. Le parfum que je choisis ne l’est vraiment pas au hasard, ce n’est pas le premier qui vient. Je réfléchis si j’ai envie d’un truc cocoon, réconfortant ou au contraire dynamique, vivifiant…

Du coup tu les connais tous par cœur ?

Ceux que je possède oui. Je pense que j’ai un odorat assez construit, il m’arrive souvent de reconnaître des parfums dans le métro, par exemple. J’ai une bonne mémoire olfactive en fait. C’est vrai qu’un parfum qui m’a marquée, je vais l’associer à un moment de ma vie et il aura une place particulière.

Elodie-Bousquet-13

En plus du parfum que tu choisis le matin, quelle est ta routine beauté ?

Je reçois énormément de produits à la rédaction et je ne peux pas tout tester. J’aimerai, mais je n’ai qu’un visage ! Beaucoup de choses me font envie mais j’ai une peau très sensible et j’ai tendance à faire de l’eczéma si je la chamboule trop. J’ai donc des bons basiques auxquels je suis plutôt fidèle.
Pour le démaquillage, dans tous les cas j’utilise plutôt de l’eau micellaire, soit la Créaline, soit l’eau micellaire Sensidiane de Noreva que j’ai découvert récemment. Quand j’étais étudiante, avec un petit budget, je faisais tout avec la Mixa, qui est très bien. S’il fait très froid, pour le démaquillage, j’aime bien aussi les laits. Avec ma peau sensible, c’est plus doux, moins rapeux qu’un coton avec juste de l’eau micellaire dessus. Pour les yeux, j’utilise toujours un démaquillant biphasé qui vient à bout des mascaras waterproof, puisque je mets au minimum toujours un peu de mascara quand je sors. Il me faut donc un bon démaquillant yeux. C’est le Cils Demasq de Gemey, qui coute 4€ en supermarché et qui est très chouette. J’ai les yeux sensibles et je n’ai jamais eu de problème avec celui là, alors qu’avec d’autres peut-être plus cher oui. Donc je reste fidèle à celui-là.
J’essaie au maximum d’éviter l’eau. Je mets mon eau micellaire ou mon lait, mais je ne les rince pas à l’eau du robinet qui est hyper calcaire et qui a tendance très rapidement à me créer des petites dartres, des plaques etc. Ca peut faire un peu « précieux » comme ça mais j’ai toujours de l’eau thermale à portée de main et je me bombarde d’eau thermale ! Ensuite j’essuie très délicatement en tamponnant avec une serviette ou un mouchoir en papier pour éviter de déplacer les tissus, de faire rougir ma peau.
Après ça, j’utilise toujours un duo sérum-crème, qui n’est pas le même en fonction du matin ou du soir. Et ensuite, soit je mets une petite BB Cream soit un très léger voile de fond de teint. J’ai plutôt une jolie peau, je n’ai pas de boutons donc j’essaie de ne pas la couvrir sous des tonnes de maquillage. Généralement, je n’ai pas trop de temps la semaine, donc je mets un peu de mascara pour ouvrir le regard, un fin trait de crayon Urban Decay au ras des cils, un peu bronze pour réveiller, et toujours un petit peu de rouge à lèvres parce que ça illumine, surtout si les yeux ne sont pas très maquillés. Ca me prend 15 minutes à tout casser le matin.
Quand je sors en revanche et que j’ai un peu de temps pour me préparer, je suis du genre à miser sur des yeux qui ressortent : un beau smoky par exemple et j’utilise beaucoup la Naked 2 d’Urban Decay, avec des lèvres plus neutres. Jamais les deux en même temps !
Le soir, en ce moment, j’utilise le sérum Midnight Recovery de Khiel’s, qui est à 99% à base de plante, avec une odeur de lavande hyper reposante avant le coucher. Je le mélange avec ma crème. En ce moment j’utilise une crème au lait et au miel Melvita. Ou alors, en période de froid, j’utilise des crèmes très neutres de La Roche Posay ou Avène, très cocoon et qui pénètrent vite car je déteste luire ! J’évite ce qui est trop parfumé également, avec de l’alcool ou ce qui est sensé te rajeunir de 10 ans… Je préfère faire au plus simple et favoriser un bon sérum. Pour moi, ce dernier est l’élément booster et je considère la crème comme une base.
Le matin de manière très régulière, je reviens souvent à l’ANR d’Estée Lauder [NDLR : le sérum n°1 des ventes, l’Advanced Night Repair]. Il n’a pas d’effet miracle. Je ne me réveille pas en me disant : « j’ai une super peau » mais je me suis rendue compte que c’était un réel entretien de la peau sur le long terme. Elle a un équilibre avec ce sérum qu’elle n’a pas sans. J’ai toujours un teint régulier, très sain, quand je n’avais pas l’ANR, ma peau rougissait, j’avais un petit bouton sur le menton… En plus j’aime bien sa texture gel, très fluide, son odeur de plante. Je mets même l’ANR dans ma goutte de fond de teint. Ca l’étire encore plus, c’est encore plus transparent, plus lumineux.

Elodie-Bousquet-9

Tu le mets après ta crème hydratante ?

Alors généralement, je le mélange avec la crème hydratante, et si ce matin là, j’ai envie de mettre du fond de teint, je rajoute en plus l’ANR à mon fond de teint. De toute façon, je me dis que ça ne peut pas faire de mal ! C’est hyper hydratant et ça donne un côté très « glow », très transparent, au fond de teint. Je le choisis toujours fluide de toute manière, je n’aime pas les effets plâtre. Le but n’est pas de couvrir ma peau, c’est juste d’unifier.

Comment entretiens-tu tes cheveux ?

C’est marrant parce que je n’ai jamais été trop « cheveux » ! Quand je suis arrivée à L’Express, la rédactrice que j’ai remplacée l’était, elle. Elle a des beaux cheveux blonds… On voit bien qu’en fonction des atouts dont nous a doté la Nature, on prend plus ou moins soin d’une partie de notre corps. Pour moi c’était un univers un peu inconnu… Je faisais le strict minimum : du shampooing doux Klorane, je les brossais, ils séchaient à l’air libre et vivaient leur vie ! (Rires)
Depuis je me suis quand même un peu améliorée sur le sujet !

Enfin, déjà tu n’utilisais pas n’importe quel shampooing…

Non c’est vrai, mais ça c’est grâce à Internet. J’ai vu monter les polémiques sur les silicones, la tendance no poo, etc. Je me suis posée la question « qu’est-ce que j’en pense ? ». C’est vrai que j’ai essayé des shampooings Bio, certains me faisaient de très beaux cheveux, avec d’autres c’était une catastrophe.
Je privilégie depuis des shampooings dans lesquels il y a peu de silicone, voire pas, parce que je me suis rendue compte que mes cheveux étaient plus aériens sans. Comme ils sont très fins, ils ont tendance à être vite « raplapla », donc si en plus je leur mets du silicone dessus, je suis obligée de les laver tous les jours.
J’utilise des shampooings comme ceux de chez Klorane, ou en tout cas, il faut bien que ce soit spécifié « à usages fréquents », avec un PH doux. Je cherche quelque chose d’assez neutre, pour pouvoir me laver les cheveux tous les jours si j’en ai envie. Mais je trouve ça contraignant et ça ne doit pas être génial pour le cuir chevelu, notamment au niveau des glandes sébacées. Je le fais plutôt un jour sur deux. Mon shampooing du moment, c’est le OI de Davines, pour tous types de cheveux, très hydratant. A la base c’est pas du tout son but, il ne se vend pas comme ça, mais il me fait un gros volume, ce qui est assez rare ! Il a une très bonne formule, qui ne mousse pas trop donc ça veut dire qu’il n’y a pas trop de silicone, de sulfate, d’agent un peu cracra…
Ce que je fais de temps en temps (à peu près deux fois par mois), c’est un complexe René Furterer, apaisant pour le cuir chevelu, car j’ai tendance à avoir des petites irritations dues à ma peau sèche. Ca s’appelle Astéra, c’est un fluide biphasé qu’on secoue, qu’on réparti raie par raie et qu’on masse ensuite. On laisse poser pendant 10 minutes, ça apaise le cuir chevelu, ça accélère la pousse du cheveu car ça travaille sur les follicules. Ca assainie aussi. C’est un peu mon seul gros rituel.
Ou sinon, quand mes cheveux ont l’air un peu fatigué, je leur fais un petit masque de Chistophe Robin, à la Figue de Barbarie. Il est très chouette, il en faut très peu. Il est lui aussi sans silicone donc il ne va pas me faire un filtre occlusif après le shampooing.
Les cheveux ne sont toujours pas ma préoccupation principale… mais c’est vrai que je n’ai pas de problème particulier, less is more !

Elodie-Bousquet-18

Et pour le corps ?

Alors je suis très mauvaise élève ! Cela dit, comme j’ai la peau eczémateuse, j’ai appris à choisir mes gels douches sans savon, au PH neutre et surgras si possible. J’aime bien sortir de la douche avec un fin film satiné sur la peau. Comme je suis une mauvaise élève et que je ne mets pas de lait en sortant de la douche, c’est déjà ça de pris ! En plein hiver, je fais l’effort d’appliquer au moins deux fois par semaine le Baume Relipidant Lipikar de La Roche Posay (après ma douche aux gels surgras Cadum, Avène ou à l’huile Eucerin). Il est sans parfum, impec pour les peaux atopiques, bien hydratant sans être collant.
Il y a aussi de très bons gels douche Bio et forcément, avec très peu d’ingrédients chimiques. Les Melvita sont très chouettes, ils sont enrichis en huiles végétales. Tout ce qui comporte de l’huile végétale justement, j’essaye. Après ce qui est trop parfumé ou avec des huiles essentielles, j’évite car ça me fait des réactions. Par exemple, j’ai testé des gels douche Weleda dont la texture est vraiment bien mais qui m’ont irrité la peau. C’est un peu triste, parce que je ne profite pas de toutes ces odeurs qu’on peut avoir sous la douche, mais ce n’est pas grave, j’ai mes parfums ! Et puis c’est tellement galère d’avoir une crise d’eczéma que je préfère la jouer « safe ». Du coup, je fais profiter mes collègues et mes copines de ce que je reçois.

Quand tu reçois un produit justement, comment choisis-tu de le tester ou non ?

C’est toujours par le filtre de ma peau sensible. Quand je vois un produit avec beaucoup d’huiles essentielles dans les premiers ingrédients, c’est mort. J’ai envie pourtant, ça a l’air de sentir bon, le packaging est chouette mais non, je ne veux plus de réactions. Tout ce qui est un peu novateur aussi, les masques « flash » à l’acide hyaluronique par exemple, avec du collagène ou booster, j’ai déjà essayé et je me suis retrouvée avec une allergie pendant toutes mes vacances. Donc c’est pareil, c’est fini. Je ne dis pas que ce n’est pas bon, sur moi, c’est pas possible. Il faut connaître un peu sa peau et pour moi tout ce qui sort des sentiers battus ne me convient pas. Et puis je ne suis pas dans la cible. Je n’ai pas encore de rides, je n’ai pas 50 ans, pourquoi est-ce que j’irai me mettre du collagène ou de l’acide hyaluronique sur la figure ? C’est prendre des risques inutiles.
Après il y a des marques que j’aime ou en lesquelles j’ai totalement confiance. On se dit aussi que le Bio va forcément être meilleur pour la peau mais pas forcément, il y a souvent de l’alcool comme conservateur, des huiles essentielles… donc quand on a une peau sensible ce n’est pas le bon plan !
En Bio, Melvita fait des choses vraiment très chouettes, et pour le moment je n’ai eu aucune réaction à aucun de leurs produits. J’y vais les yeux fermés, ce sont des textures très douces. Ca correspond à ma peau. Après il y a Avène, La Roche Posay, Khiel’s… ils ne mettent pas des actifs bizarres ! J’essaye de sélectionner selon la douceur présumée du produit, je regarde la composition et si elle est à rallonge, c’est non. Il faut que je comprenne à peu près ce qu’il y a dedans, comme ça je sais à quoi m’attendre. Quand il n’y a que des noms très chimiques, je ne vais pas prendre de risques. Je trie comme ça. J’ai mes marques fétiches et après j’ai le filtre de la liste de la composition.

As-tu des produits de beauté dans ton sac à main ?

Alors, je le préfère petit pour la simple et bonne raison que plus il est grand, plus j’y entasse des tas de… rouges à lèvres ! J’en possède quand même une trentaine… Du coup ce format me permet de limiter le stockage, c’est léger, pratique pour se déplacer dans le métro. Hormis un paquet de mouchoirs, un miroir de poche, un baume à lèvres. Je varie en fonction de ce que j’ai : Weleda, Melvita ou Dermophil Bio. Je ne mets que du Bio pour les lèvres sinon c’est le cercle vicieux de la paraffine occlusive qui apaise sur le coup puis dessèche ensuite. J’ai quand même un rouge à lèvres : un Joli Rouge Clarins, facile à appliquer car très hydratant, avec une couleur légère. On ne peut pas se rater. Je n’emporte aucun autre produit de beauté avec moi !
Pour les soirées/happenings en semaine, j’ai un peu de matos à la rédac’, à savoir : une poudre, un crayon noir, un mascara et un peu de top coat pour rafraîchir une manucure fanée.

Elodie-Bousquet-16

Jeune fille tu allais beaucoup en institut, est-ce que tu continues et as-tu des bonnes adresses ?

Alors avec mon job oui beaucoup. Je conseille les yeux fermés les instituts Guinot, c’est par là que je suis arrivée à la beauté. Il y a toujours de très bons produits, c’est assez haut de gamme mais les protocoles de soins sont géniaux. Pour le coup, on ressort avec l’effet waouh ! Il y a un vrai avant/après, la peau est repulpée, rebondie, les traits sont lissés. Je n’ai jamais été déçue.
Pour les ongles j’aime beaucoup les instituts Manucurist qui ont leur propre gamme de vernis à ongles avec une composition plutôt saine et de très jolies couleurs, des huiles pour les cuticules…
Pour le soin du corps, j’aime beaucoup Thémaé, un petit institut près de Palais Royal. Il n’y en a qu’un seul pour le moment mais ils ont aussi des produits de beauté autour du thé. Ce sont deux amis qui sont à la base passionnés de thé et de voyage qui ont créé leur spa. Les produits contiennent beaucoup d’ingrédients naturels, des choses très simples. Les massages sont vraiment chouettes là bas, l’institut est grand, les cabines sont immenses et on est toujours très bien reçu. En plus, on a un grand choix de thés en arrivant ou en partant. Les odeurs sont très mixtes, ce n’est pas trop féminin. C’est un beau cadeau à faire les yeux fermés, on sait que ça plaira. Moi j’adore leur masque à l’argile blanche qui est un des seuls qui ne me fait pas ressembler à une momie quand je l’enlève, où j’ai l’impression que ça a bu toute l’eau de ma peau ! Il reste très souple, du coup j’ai le teint éclairci quand je le fais et en même temps je n’ai pas l’impression d’être complétement déshydratée.
Pour celles qui aiment bien les produits de beauté de niche, il y a Oh My Cream. Ils ont des super soins, des bons protocoles, et les filles s’y connaissent, elles aiment la cosmétique. Yon-Ka aussi c’est chouette ! C’est bio et c’est un très bel institut, immense, tout en bois exotique, des cabines spacieuses, des protocoles d’une heure, une heure et demie… Il faut aimer le Bio parce qu’on est dans des senteurs assez fortes, très végétales mais ils ont des protocoles pour les peaux très sensibles, sans huiles essentielles.

Tu parlais d’Oh My Cream, à la base un site Internet, tu vas beaucoup sur les blogs ou sur ce genre de sites ?

Oui ça fait partie de ma veille quotidienne pour le boulot. Je suis quand même branchée sur les sites concurrents, forcément, mais aussi sur les magazines qui sont à la base des e-shops et qui ont développé des parties éditoriales conséquentes. En général, les filles ont cet amour de la cosmétique, elles ont une vraie expertise et surtout elles font rentrer en France des marques auxquelles nous n’avions pas accès jusqu’à maintenant. J’ai connu comme ça le baume « Egyptian Magic » que j’utilise beaucoup quand j’ai des crises d’eczéma, il est tellement gras qu’en 3 jours c’est terminé.
Je suis aussi les blogs, mais à titre perso. Même avant que je ne commence à bosser dans la beauté, j’étais sur les forums, les blogs, etc. dès mon adolescence en fait. J’en ai bien sûr découvert plein d’autres encore ces trois dernières années. Mais j’y vais le soir, le week-end, c’est mon petit truc à moi.

Quels sont tes blogs de référence ?

Comme je suis plongée dans l’univers de la beauté toute la journée, j’aime bien les blogs où il n’y a pas que ça justement. J’aime beaucoup « Ma Récréation » de Lily Barbery Coulon, qui est très chouette au niveau bonnes adresses et c’est une vraie experte beauté. « Mon blog de fille » c’est le premier blog que j’ai consulté jeune fille, je continue très régulièrement d’aller voir ce qu’elle fait. Ca fait huit ans qu’elle tient son blog et je pense qu’on peut se fier aux avis d’Hélène, elle est devenue assez experte. Elle a une peau sensible aussi donc en général quand elle n’a pas aimé un produit, je sais que sur moi ça ne va pas le faire non plus. Je consulte aussi de manière un peu moins régulière « Babillages ».
Après dans les blogs « lifestyle », j’aime bien « La Fiancée du Panda », à la base un blog mariage mais désormais plus généraliste ; je regarde forcément beaucoup « Café Mode » [NDLR : Géraldine Dormoy est la rédactrice en chef de L’Express Style pour lequel Elodie travaille], depuis qu’elle a eu un bébé, elle parle aussi de beauté et de nutrition. Je lis les blogs de Lisa Gachet, « Make My Lemonade » ou de Simone mais elle n’écrit plus trop… J’aime aussi beaucoup celui de Caroline Franc-Desage, « Pensées by Caro » qui, à la base parlait de nutrition et de tout ce qu’il y a autour. C’est devenu un blog lifestyle.

Elodie-Bousquet-20

Tu parlais de nutrition, c’est important pour toi ? Tu la lies au bien-être ?

Oui complétement. C’est aussi le leitmotiv de mon blog : « la beauté c’est tromper le temps » parce que la beauté c’est clair que c’est lier à l’apparence, mais c’est aussi prendre du temps pour soi. Je considère vraiment la beauté comme un plaisir, comme un temps rien qu’à moi, où je me fais du bien, je me fais plaisir. Si je vais en institut, c’est pour me faire du bien, pas pour ressortir nickelle de la tête aux pieds, pour plaire à quelqu’un. C’est un temps pour moi, c’est une parenthèse, une échappée dans la vie parisienne. Je lie énormément beauté et bien-être et pas sur un segment de diktat ou de pression sociale.

Tu mets de côté l’apparence…

Disons que je n’envisage pas la beauté sous l’angle unique de l’apparence. Évidemment c’est de l’apparence, mais pour moi ça a une raison d’être. Je l’apparente à une forme de respect pour soi – littéralement prendre soin de soi pour se faire du bien au mental, au corps – et de respect pour autrui. Alors on va me dire que je retombe dans le côté « ce que pense l’autre de moi » mais oui et non ! J’aime bien avoir en face de moi quelqu’un qui a des cheveux propres, qui s’est brossé les dents… Après je ne dis pas qu’il faille se maquiller comme un camion volé, mais il ne faut pas se leurrer : la première chose que les gens voient de quelqu’un, c’est l’apparence. Donc autant se mettre le mieux en valeur possible et donner une note positive à l’autre, qu’on rencontre peut-être pour la première fois.
C’est donc une forme de respect mais surtout à la base une forme de respect pour soi. Bien traiter son corps, ça en dit long aussi sur la manière dont on traite les autres… On est de plus en plus dans une société où on a peur de plein de choses : de ce qu’on mange, de ce qu’on met sur la figure… Il y a une sorte de pression qui fait qu’on ne sait plus trop ce qu’on doit faire. Sur mon blog, et ce que j’essaie d’infuser à la rubrique beauté de L’Express.fr, c’est : « on se fait plaisir ! ». On ne donne pas de leçon de moral « faites comme ci, faites comme ça… ». On part du principe que si on n’aime pas se maquiller ce n’est pas grave ! Et si on aime mettre du rouge à lèvres, ce n’est pas grave non plus ! Ce n’est pas parce que tu aimes le rouge à lèvres que tu es une fille superficielle. Si ça te fait du bien, il n’y pas de problème !
Et puis il ne faut pas oublier que la mode et la beauté ont participé activement à l’émancipation de la femme : le rouge à lèvres rouge à une époque, c’était une forme de résistance aussi, comme de mettre un pantalon… Je ne trouve pas ça bien de le balayer d’un revers de la main en disant que c’est superficiel.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.