Photographier en argentique : le matériel. Petit cours de photo #4

30 commentaires

Moi et mon FM2

© Alain Bourdon

Mon article sur mon FM2 et mes premières photo avec a suscité pas mal de questions. Alors pour y répondre en détails, je me suis dis qu’il était temps de remettre le couvert avec mes « Petits cours de photo » ! Donc pour faire de la photo argentique, on a besoin d’un boîtier (et d’un objectif), de films 35mm (ou 120mm selon votre boîtier) et d’un peu de patience. Si vous avez le temps de prendre le temps (hihi) de faire vos photos, vous pouvez renouer avec ce vieux et merveilleux procédé qu’est la photographie argentique.

♦♦♦

1. Où acheter un appareil photo argentique et comment le choisir ?

Les greniers de vos parents / grands-parents et les brocantes regorgent certainement de vieux polaroïds, de compacts ou même de Reflex abandonnés, parfois en état correct. Vous pouvez déjà commencer par là. Moi mes parents faisaient des photos avec un très bon et basique semi-automatique : le Minolta XG-1 avec un bon 50mm, on le trouve encore très facilement.

Vendée

Plage du Veillon – 2012 // Minolta XG1 + 50mm F2

Sur Internet, les sites comme ebay ou Le bon coin regorge de Reflex argentiques en plus ou moins bon état. Lisez bien les commentaires, inspectez les photos. Si la « semelle » de l’appareil, c’est à dire le dessous, est très rayé, voire cabossé, cela veut dire que son propriétaire n’en a pas vraiment pris soin. Préférez un appareil photo solide. Après bien sûr, tout dépendra de votre budget ! Et de votre niveau aussi. Au début j’avais donc un appareil photo semi-automatique, c’est à dire que je réglais le diaphragme (et bien sûr la netteté, il n’y a pas d’autofocus), en fonction de ce que m’indiquait la cellule*. Je pouvais passer en mode manuel également mais je le faisais peu. Cela m’a néanmoins appris ce qu’était la prise de vue et j’ai pu progresser.

Pour mon Nikon FM2, j’étais prête à y mettre le prix car ça allait être un de mes outils professionnels, je voulais une garantie et qu’il soit en parfait état. Encore une fois parce que je ne cherche pas à faire des photos « vintage » avec des erreurs, etc. Je voulais un vrai bon appareil argentique et qu’il soit manuel avec une cellule intégrée*. Parce que depuis quelque temps, je faisais des photos avec un Leica III ou un Lubitel et une cellule à main et c’est quand même pas très très pratique ! Du coup j’ai même pas fini ma pellicule…

Photographier avec une cellule

© Alain Bourdon

A Paris, le boulevard Beaumarchais est la Mecque des appareils photo d’occasion. N’achetez pas votre boîtier dans la première boutique croisée. Si vous avez le temps, faites-les toutes ! Comparez les prix – ils varient parfois du simple au double – et les états (rayures, etc.) et pourquoi pas si la boutique vous offre une garantie. Si vous avez une idée en tête, soyez patient, donnez votre numéro si la boutique en laquelle vous avez confiance ne l’a pas, il arrivera peut-être bientôt dans leurs stocks. Si vous n’y connaissez rien, faites-vous accompagner par quelqu’un de plus calé si vous avez ça dans votre entourage. C’est ce que j’ai fait et je ne regrette pas ses précieux conseils.

♦♦♦

2. Où acheter ses pellicules ?

Mais chez votre photographe de quartier ! Ne me dites pas qu’il n’y en a pas un à coté de chez vous ? On trouve également des pellicules photo dans certains supermarchés, à la Fnac… Vous allez voir qu’avec le temps vous allez aimer les couleurs et les rendus de certaines marques et gammes, et que vous allez avoir certains besoins. Par exemple, à l’époque où je faisais de la photographie de concert, j’avais besoin de films en 800 voire en 1600 ASA et c’est très difficile à trouver. Heureusement Internet est là et certains sites en vendent. J’aime bien le site MX2 mais en général je me sers d’un comparateur de prix.

Gaetan Roussel - Tarmac

Gaëtan Roussel – Concert de Tarmac – 2003 // Minolta XG1 + 50mm F2 // 1 600 ASA

Faites attention aux dates de péremption des pellicules. Si elles sont trop vieilles vous risquez d’avoir des rendus très aléatoires, avec des incohérences au niveau des couleurs, etc. Certaines personnes recherchent ces effets, moi je pense qu’on peut aussi faire des « belles » photos argentiques sans effet vintage-Instagram donc j’aime être sûre de mon matériel ! (Sinon je fais des photos numériques et j’applique des filtres comme ça je ne « gâche » pas une photo.)

Sous l'eau

(Cela dit vous avez droit de vous amusez avec des pellicules pourries et un appareil photo en plastique qui va sous l’eau, par exemple !)

J’aime beaucoup les films de noir et blanc Illford. On m’a conseillé également les Kodak BW400 CN pour un rendu très doux comme j’aime. Je n’ai pas encore testé mais je pense m’y mettre bientôt. Pour la couleur, j’avoue que je prends des Fujifilm Superia X-Tra par facilité, ce sont ceux que mon photographe a. Mes photos d’Istanbul ont été prises avec et j’aime bien le rendu donc je pense continuer avec.

Marché d'Istanbul

Bosphore

Istanbul – Marché et Bosphore – 2014 // Nikon FM2 + 50mm F1,4 // 200 ASA

Je vous conseille de lire « Péloches d’un été » sur le très beau blog de Jérémy qui vous montrera un peu les différences de couleurs et de rendus. En plus on n’a pas trop les mêmes goûts ! (mais je t’aime bien quand même Jérem’ ^^)

♦♦♦

3. Où faire développer ses films ?

Alors pour le noir et blanc, c’est bien simple, il n’y a plus que quelques laboratoires qui s’en occupent. Donc où que vous alliez, votre photographe va les envoyer au labo. C’est pour cela que le délai est long. En revanche pour la couleur, les développements sont en général fait par votre photographe de quartier dans son laboratoire et là… c’est au petit bonheur la chance !

Personnellement j’ai été très déçue par le travail de celui qui se trouve à coté de chez moi. Il a mal rincé un film, bousillé une photo je ne sais comment avec une surimpression très bizarre par dessus… Et ça, ça ne se rattrape pas ! S’il y a un problème au développement et que votre négatif est abîmé, c’est irrémédiable. Quand j’habitais à Bastille j’allais toujours chez Odéon Occasions Photo et c’était parfait. La FNAC et la chaîne Photo Service font également du bon travail. Honnêtement j’étais contente de pouvoir faire travailler un artisan et pas une grosse chaîne mais malheureusement il a fait ça à la va-vite sur trois films auxquels je tenais beaucoup et ça ne me donne pas du tout envie de retourner chez lui. La prochaine fois, j’irai à la FNAC, parce que je veux pouvoir y aller rapidement et que je suis sûre du résultat.

[EDIT : je suis récemment allée à la FNAC pour des développements et ils ne font plus les développements seuls. On est obligé de prendre également des tirages. Sauf que ces tirages sont numériques sur du mauvais papier, une honte. Bref, je n’irai plus chez eux pour mes développements et je vais essayer Négatif + dont j’entends des avis plutôt élogieux.)

En revanche, si vous avez un film en 120mm (pellicule qu’on met dans les boîtiers à format carré), très peu de laboratoires les acceptent. Il vous faudra donc un peu fouiller.

Lubitel Nantes

On me parle souvent de Négatif +, j’ai eu des avis très variés à leur sujet. Je ne sais pas du tout ce que ça vaut excepté qu’ils font des développement en traitement croisé si on leur demande (un processus qui donne un aspect très vintage et sur-saturé). Concernant les tirages, je n’en demande pas ou très peu. J’achète un développement seul avec un scan sur CD. J’attends d’avoir une bonne quantité de photo à tirer avant d’aller en faire. Pour le moment je n’ai donc pas de recommandation à ce sujet.

♦♦♦

Je vous propose de rentrer dans le vif du sujet sur la mise en place de la pellicule, les réglages, etc. dans un second article pour que ce ne soit pas indigeste, ça vous va ?

*La cellule c’est ce qui mesure la lumière qui passe dans le diaphragme et vous indique les réglages à suivre. En général c’est un petit point lumineux qui apparaît dans votre viseur. Elle fonctionne avec une pile plate. Avec le Minolta, sans pile – et donc sans cellule active – l’appareil ne fonctionne pas. Avec le FM2, même sans pile et sans cellule, le boîtier fonctionne toujours mais il vous faudra une cellule à main pour pouvoir faire vos réglages. A moins que vous ne soyez un ouf qui sait que quand il y a du soleil il faut être à F5,6 au millième mais dans ce cas vous n’aviez pas besoin de lire cet article !

♦♦♦

++ Petit cours de photo 1 : Comment choisir son appareil photo ? ++
++ Petit cours de photo 2 : Quel objectif acheter avec son Reflex / hybride ? ++
++ Petit cours de photo 3 : La gestion de la lumière. ++
++ Petit cours de photo 4 : Photographier en argentique. ++

30 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.